Qu’eLLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE ARMAGNAC ET COGNAC ?

1. Deux régions

La Charente et le Gers sont séparés tous deux d’une distance de 300 km. La composition des sols est donc très différente. Les sols de Cognac sont très calcaires tandis que les sols d’armagnac sont sablonneux. Le climat non plus n’est pas le même. Dans un pays au climat tempéré comme la France, 300km constitue un écart météorologique significatif. Le Gers possède un climat plus chaud et sec tandis que la région de Charente apporte plus de douceur. Les périodes hivernales diffèrent également et c’est une importance non négligeable dans la pousse de la vigne.

 2. Différence de cépage

Concernant le cépage des facteurs historiques entre en compte. En effet la région Cognac a été touché très violemment au XIX ième siècle par le phylloxéra et son vignoble a été détruit dans son intégralité en 1879. C’est cette catastrophe viticole qui a poussé les vignerons charentais a trouvé un cépage plus résistant aux maladies. C’est pourquoi de nos jours, l’Ugni-blanc est privilégié à 97% dans la région Cognac. Concernant l’armagnac, moins touché par le phylloxéra, l’ugni-blanc représente 55% du vignoble armagnacais. Le Baco, la Folle Blanche ou encore le Colombard sont d’autres cépages utilisés pour la production d’eau-de-vie en Gascogne.

 3. Deux types de distillation

C’est bien sûr dans le procédé de distillation que se situe la plus grande différence entre les deux spiritueux. L’Armagnac est distillé une fois quand le Cognac l’est deux fois. L’Armagnac une fois distillé possède un degré d’alcool entre 52% et 72%. Le Cognac est d’abord distillé une première fois pour obtenir le « brouilli » entre 28% et 32% qui est ensuite distillé une seconde fois en « bonne chauffe » à 70%. Que ce soit pour l’armagnac ou le cognac, les deux distillats récoltés sont placés en fût de chêne (c’est ce qu’on appelle « sous bois »)  pour le vieillissement. C’est ce contact avec le bois qui donne toutes ces saveurs aux deux spiritueux. Les alambics utilisaient sont aussi légèrement différent. Pour l’un on utilise un alambic armagnacais et pour l’autre un alambic cognacais.

4. Deux renommées différentes

Cognac – Créé pour l’exportation 

Concernant la renommé, il n’y a pas vraiment débat puisque le Cognac est 36 fois plus exporté à l’international que l’Armagnac. Si le Cognac profite d’une certaine renommée  par rapport à son cousin du sud, c’est parce qu’il est né pratiquement pour être exporté. En effet, les anciens vignerons charentais voulaient se débarrasser du vin blanc peu alcoolisé. Ils tentèrent alors de le distiller dans le but de le vendre aux hollandais. L’Eau-de-vie obtenue après distillation étant médiocre, ils eurent l’idée de le laisser vieillir en fût… Le Cognac était né. Profitant de sa proximité avec les ports charentais il connu immédiatement un succès important en Hollande et en Angleterre. Dans les années 2000 le Cognac a trouvé sa place dans certains clips de rap américains ce qui a relancé la production comme ici dans un clip de Snoop Dogg.

Armagnac – Tourné vers les marchés locaux

L’Armagnac, n’avait pas pour vocation d’être exporté, on lui prêtait des vertus thérapeutiques plusieurs siècles déjà avant la naissance du Cognac et été privilégié pour les marchés locaux du sud-ouest. L’Armagnac est le fruit des traditions gasconnes, sa création est entourée de mystère. Ce retard, que n’a jamais pu rattraper l’Armagnac en matière d’exportation ne doit pas être un facteur de qualité à prendre en compte dans la comparaison des deux eaux-de-vie.

Pour conclure, il est vain de tenter d’établir une hiérarchie des saveurs sans tomber dans un jugement subjectif entre les deux spiritueux. Cognac et Armagnac incarnent tous les deux l’excellence française en matière de spiritueux. Ils sont le résultat de siècle d’observation par les anciens vignerons français des comportements des sols et des plantes. Mais également une volonté de perfectionnement qui a permis la naissance d’inventions dont l’Homme profite aujourd’hui. Cognac et Armagnac sont des témoins du passé et participent ensemble à l’enrichissement du patrimoine gastronomique français.